Vous êtes ici : Accueil > 2020 - La philo quand même > Espace HLP > Miettes philosophiques "HLP" > Galilée, la naissance d’une étoile 1/3
Par : jld
Publié : 24 mars

Galilée, la naissance d’une étoile 1/3

Sur le thème des représentationsdu monde, voici la première partie d’un documentaire consacré à GALILÉE (https://fr.wikipedia.org/wiki/Galil%C3%A9e_(savant) ).

Pour poursuivre et préciser la réflexion, je vous demande à tous de répondre aux question suivantes et de poster vos réponses en commentaire à cet article ("Répondre à cet article" en bas de page)

On nous dit que Galilée a entrepris de "bousculer la Nature" en recourant à l’expérimentations.
Q1/ Au sujet de la chute des corps, quelle est l’idée d’Aristote ? Quelles observations permettent de lui donner raison ?

Q2/ Quelle est au contraire l’idée de Galilée ? Quelle est la méthode pour la justifier ?

Q3/ Pour poursuivre : En quoi, dans l’expérience du plan incliné, les mathématiques semblent-elles utiles à Galilée pour décrire ou expliquer les mouvements naturels ?
Platon (Rappelez-vous l’Allégorie de la Caverne ) aurai-il peu avoir l’idée d’utiliser els mathématiques pour expliquer le monde sensible ?


J’attends des groupe ayant travaillé sur les textes d’Aristote, de Ptolémée et de Copernic qu’ils me fassent parvenir les résultats de leur travail : quelles sont les représentation du monde de ces trois auteurs ? Quels sont leur arguments principaux.

Les autres groupes me transmettront leur travail ensuite.

Répondre à cet article

10 Messages

  • Galilée, la naissance d’une étoile 1/3

    il y a 1 semaine, par Séverine

    1) Aristote utilisait l’argumentation, il regardait et arrangeait les choses par un discours, Aristote affirme que c’est ’’dans la nature des objets lourd de tomber plus vite que les objets léger’’ on peut le voir avec une feuille et une pierre si on les lâche simultanément la pierre toucheras le sol avant la feuille.

    2) Galilée se rend compte que Aristote a tord et qu’il faut prendre en compte les frottements de l’air il vas faire des expériences qui va le mené à la vitesse de la chute et il dit "en des temps égaux, on a des additions égales de vitesse" la vitesse augmente avec le temps de chutes, plus le temps de chute et long plus la vitesse du mobile va être grande et plus il va arrivé vite au sol. Il va relier le temps de chute avec la hauteur de chute.
    Il le démontre avec de nombreuses expériences et surtout avec le plan inclinée où il fait glisser un balle dessus et il se rend compte que la vitesse de la chute augmente avec le temps et au lieu de tomber a pic par terre elle fait une courbe.

    3) Galilée comprend la nature du mouvement de chutes mais il ne sait pas les écrire mathématiquement car à l’époque il n’avait pas cette façon de formulé la science. Il va relier le temps de chute avec la hauteur de chute. Avec l’exemple de si il lâche un objet d’une hauteur qui est 4 fois une autre auteur il faut seulement 2 fois plus de temps pour arriver au sol. Les "mathématiques" et écrit mais pas formulée en terme de formule mathématique qu’on a de nos jours...
    Platon aurait pu utiliser les mathématiques mais n’ayant pas la connaissance de celle-ci il ne peut pas.

    Répondre à ce message

    • Galilée, la naissance d’une étoile 1/3

      il y a 1 semaine, par jld

      Je suis d’accord dans l’ensemble. Il faudrait préciser uh peu la différence qu’il y a entre ces deux façons de justifier une affirmation : "Aristote utilisait l’argumentation" et "démontree avec de nombreuses expériences". Il serait possble sur cette question de comparer avec la controverse de Valladolid et les façons d’argumenter de Sépulvéda et de Las Cases.

      Par contre, Platon n’aurait en aucun cas pu envisager d’expliquer le monde physique (le monde sensible que perçoivent les prisonniers de la Caverne) en utilisant les mathématiques. Vois-tu pourquoi ?

      bonne jourée !

      Répondre à ce message

  • Galilée, la naissance d’une étoile 1/3

    il y a 1 semaine, par Toujac

    1/ L’idée d’Aristote sur la chute des corps est que, d’après lui, un corp plus léger mettra plus de temps à toucher le sol qu’un corps lourd alors qu’ils sont tombés de la même hauteur. On peut prendre comme exemple ; une feuille et une pierre, ça sera effectivement la feuille qui tombera après la pierre.
    2/ Galilée va se rendre compte que l’analyse d’Aristote car il n’a pas prît en compte les frottements de l’air. Pour démontrer son hypothèse, il va alors faire tomber deux balles, une en plomb et l’autre en liège, d’un même étage au même moment. Il se rend alors compte que les balles touchent le sol au même moment et cela peut importe la hauteur à laquelle elles sont lancées, la différence de taille ou même de masse. Il va par la suite mettre en place une autre expérience qui consiste à faire glisser une bille sur un plan incliné afin de pouvoir observer un autre phénomène. Il se observe alors que la bille accélère lors de sa descente et qu’a son arrivée elle forme un courbe lors de sa chute.
    3/ Lors de l’expérience du plan incliné, on peut effectivement observer que les mathématiques sont utilisées par Galilée. Pour comprendre l’accélération de la balle il va placer des cloches à une distance égale le long du plan incliné. Il va alors voir que la vitesse augmente d’une manière très précise entre chaque cloche. Ceci va alors l’aider à expliquer ce phénomène.
    Malheureusement, Platon n’aurait pas pu avoir l’idée d’utiliser les mathématiques pour ses propres expériences car celle ci n’étaient pas utiliser à son époque.

    Répondre à ce message

    • Galilée, la naissance d’une étoile 1/3

      il y a 1 semaine, par jld

      Bonjour Cloé,

      Tu as raison sur Q1 ; tu peux préciser ta réponse en allant lire la contribution de Séverine (plus haut).

      Tu décris bien les expériences de Galiléle. Peux-tu préciser les étapes de sa "démarche expérimentale" ?

      Peux-tu expliquer un peu les raisons pour lesquelles Platon ne pouvait utiliser les méthématiques de cette façon, en te souvenant de l’allégorie de la caverne ?

      bonne journée

      Répondre à ce message

  • Galilée, la naissance d’une étoile 1/3

    il y a 1 semaine, par Maëva Bonnet

    1)Aristote ne faisait pas d’expériences, il utilisait l’argumentation et tournait ses idées de façon logique. Il est contraire aux idées de Galilée et pour lui c’est dans la nature des objets lourds de tomber plus vite que les plus légers.
    2)Galilée lui pense que c’est la nature qui va donner la vérité, il va faire des expériences. Il va donc avoir une idée, la résistance de l’air. Pour cela il va comparer la chute d’objets de même taille et de boules de nature différente. Les boules semblent arriver en même temps. Il va aussi utiliser la "boite à chute" et va conclure que deux objets quelque soit leur masse tombe à la même vitesse dans le vide.
    3)Dans l’expérience du plan incliné, les mathématiques lui semblent utiles mais pas formulées de la même manière que aujourd’hui. Galilée va remarquer que combiné à une inclinaison au plan le temps de chute est rallongé, il devient donc mesurable mais le chronomètre n’existe pas. Il va donc relier le temps de chute à la hauteur. Pour cela Galilée va disposer à égale distance le long du parcours de la bille des clochettes qui vont tinter sur le passage de la bille. Il conclue que si il lâche un objet quatre fois plus haut qu’un autre il va mettre deux fois plus de temps à arriver.
    Platon aurait pu avoir l’idée d’utiliser les mathématiques mais à cette époque ils n’avaient pas la connaissance des mathématiques donc il ne pouvait pas formuler la science de cette façon.

    Répondre à ce message

    • Galilée, la naissance d’une étoile 1/3

      il y a 1 semaine, par jld

      Bonjour Maëva,

      Pour Q2 : tu as une bonne approche de la "démarche expérimentale" mise en oeuvre par Galilée. Pourrais-tu tenter de la préciser un peu ?

      Concernant Platon, regarde les réponses faites à Séverine et à Cloé !

      bonne journée

      Répondre à ce message

  • Galilée, la naissance d’une étoile 1/3

    il y a 6 jours, par Fernandez Cindel

    1) Aristote est convaincu qu’un objet lourd tomberas plus rapidement qu’un objet plus léger et donc que la chute des corps dépend de la masse de l’objet. En effet, si on lance une pierre et une plume en même temps, la pierre touchera le sol avant la feuille. Aristote fait des observations bien moins précises qui vont avec ce en quoi il croit. C’est en fait des intuitions. On le voit d’ailleurs quand il dit que la Terre est au centre de l’univers. Il fait bien des observations mais bien moins précises que celles réaliser par Galilée.

    2)Galilée va alors VERIFIER si l’idée d’Aristote est juste et c’est ainsi qu’il va se rendre compte qu’elle est en réalité fausse. Au lieu de faire de simples OBSERVATIONS, Galilée va réaliser des EXPERIENCES pour prouver ce qu’il dit. Ainsi il va montrer que la masse du corps n’est pas le paramètre qui fait que la pierre touche le sol avant la feuille mais c’est en réalité le frottement de l’air. Ainsi, il va expérimenter son idée en commençant par faire tomber des objets qui ont la même taille mais pas la même masse : cela va lui permettre de prouver que la masse n’entre pas dans la formule de la chute des corps.Avant de chercher à se faire connaître, le but de Galilée est d’avoir des idées juste grâce à des PREUVES.Il va donc avoir une démarche scientifique bien qu’il ne puisse le décrire comme tel.

    3)Dans l’expérience du plan incliné c’est bien la science et les mathématiques qui sont utiles pour expliquer des mouvements naturels. C’est en effet par le moyen du raisonnement que Galilée va réussir à établir une relation entre la hauteur de chute et le temps de chute. Grâce à des déductions et des expériences, Galilée va pouvoir en quelque sorte créer des formules sur la chute des corps. C’est en observant la boule faire tinter les clochettes à un rythme non linéaire qu’il va comprendre que la hauteur et que l’inclinaison font parties des paramètres qui vont faire varier la vitesse de la chute d’un objet.

    Platon n’aurait pas pu expliquer l’allégorie de la caverne avec les mathématiques puisque la perception du réel par les prisonniers n’est pas réel, ce n’est qu’une illusion, ça ne peut s’expliquer par des mathématiques qui se basent sur un raisonnement. De plus,il ne pouvait pas créer de lien entre ce qui semble réel et ce qui est réel, c’était donc impossible.

    Répondre à ce message

  • Galilée, la naissance d’une étoile 1/3

    il y a 4 jours, par PFEFFER Nino

    Q1/ Aristote affirme qu’il est dans la nature des objets lourds de tomber à une vitesse supérieure à celle des objets plus légers. Il s’appuie donc sur le sens commun ; et davantage sur des observations que sur des expériences. Sa théorie est vérifiée dans la mesure où si on lâche une pierre, elle chutera plus vite qu’une feuille, par exemple. Toutefois, ces méthodes demeurent quelque peu artificielles ; elles peuvent très bien être utilisées au profit de ce en quoi croit Aristote, elles ne lui permettent pas, en revanche, de trouver l’ensemble des vérités qui régissent notre monde, car pour cela, il faut faire des expériences, comme le fera Galilée des siècles plus tard.

    Q2/ Selon Galilée, l’idée d’Aristote est fausse : le poids des objets n’intervient pas dans la vitesse de leur chute, c’est la résistance de l’air qu’il faut prendre en compte. Le savant justifie cette idée en faisant tomber deux objets de masse différente (exemple : une sphère en liège et une autre en fer) depuis la même hauteur. Or, les deux balles touchent le sol au même instant. Cela montre bien que ce n’est pas leur poids qui influe sur leur vitesse de chute. C’est une réelle démarche scientifique qui est mise en oeuvre, c’est ce qui fait de Galilée le fondateur de la science moderne.

    Q3/ Voici en quoi consiste l’expérience du plan incliné : sur une rampe en pente, Galilée lâche les mêmes balles que dans l’expérience précédente. Il peine à trouver un moyen de mesurer le temps de descente de chaque sphère, mais finit par y parvenir en installant des clochettes le long de la rampe, à distance égale, que les balles font tinter lors de leur parcours. Les résultats sont significatifs : les tintements ne se produisent pas à intervalle régulier, ce qui montre bien que les boules, quelque soit leur masse, voient leur vitesse augmenter au cours de leur chute. Sans pour autant construire une véritable formule mathématique (cela ne se fait pas à cette époque), Galilée démontre son idée par les mathématiques et les sciences. Il remarque également que la trajectoire des sphères décrit une parabole, ce qui est là encore fondé sur des lois physiques : on est bien loin des suppositions que faisait Aristote dans l’Antiquité.

    Il paraît évident que Platon n’aurait jamais pu expliquer l’allégorie de la Caverne par les mathématiques : effectivement, le concept de cette métaphore repose sur l’incapacité des prisonniers à percevoir le monde réel, car ils ont toujours vécu dans un monde fait d’illusions. Or, les mathématiques se basent sur le réel ; le concret ! De surcroît, les habitants de la Caverne sont tentés, lorsque le détenu qui a été libéré revient pour les informer de la vérité, de le mettre à mort.

    Répondre à ce message

    • Galilée, la naissance d’une étoile 1/3

      il y a 2 jours, par jld

      Bonjour Nino,
      Q1/ Tu écris : "Toutefois, ces méthodes demeurent quelque peu artificielles ; elles peuvent très bien être utilisées au profit de ce en quoi croit Aristote"
      Oui. Mais pourrais-tu expliquer cela mieux ?

      Q2/Bien

      Q3/ Oui. " Galilée démontre son idée par les mathématiques" Peux-tu préciser le rôle des mathématiques ici ?

      Sur PLaton : c’est assez bien mais il faut préciser un petit peu .

      Répondre à ce message