Vous êtes ici : Accueil > 2020 - La philo quand même > Espace TES2 > Miettes des TES2 > Miette 3 - Peut-on douter de tout ?
Par : jld
Publié : 22 mars

Miette 3 - Peut-on douter de tout ?

Corrigé du Bac Blanc 1

* Révisez la méthode de la dissertation

* Procédez à l’analyse du sujet (selon la méthode).

* Proposez un plan :

- 1 titre (une thèse) pour chaque partie
- Pour chaque partie : les définitions des termes centraux utiles ; les références au cours exploitables (pensez aux colloques sur la vérité et sur les croyances.

* Déposez vos exercices en cliquant sur "répondre à cet article" en bas de page.


Pour vous guider un peu, voici quelques remarques d’analyse :

- Tout d’abord il est indispensable de réfléchir sur les différentes signification du "Peut-on...".

Car cela peut vouloir dire : "a-t-on le droit de..." sous-entendu cela pourrait être interdit... Mais qui pourrait donc vouloir, et pourquoi nous interdire de douter ?

Mais "peut-on douter" peut signifier aussi : en a-t-on la capacité, la force ? Alors derrière la question du doute (il faudrait douter..) apparaîtrait celle de notre incapacité, de notre fragilité, bref un doute sur nous-mêmes. Pour quelles raisons alors faudrait-il douter (par prudence, méfiance légitime ?) mais enserions-nous incapables (par peur, par paresse ?) ? Mais dans une autre perspective, cela pourrait signifier la nécessité prudente d’une vérification de ces capacités (un peu comme on vérifie son équipement avant de partir en voyage) : sommes-nous bien certains de savoir faire cela, douter de tout ? Il faudrait s’assurer que nous en possédons bien la "méthode" (comment faire pour parvenir à douter de tout ?).

Mais "peut-on " cela peut aussi indiquer une question portant sur la possibilité de cela, douter de tout. Comme si on se demandait si, cela nous étant apparu comme indispensable (il faut douter), alors même que cela ne serait pas interdit, et que nous ayons le pouvoir de le faire, "quelque chose" se révélerait résister à tous nos efforts (l’existence d’un indubitable absolu).

- En plus des deux colloques à réviser dans le cadre de ce sujet,

PDF - 24.9 ko
Hegel
PDF - 27.2 ko
Jabob
PDF - 30 ko
Morin
PDF - 37.5 ko
croyances nécessaires ?

,

et du texte d’Alain auquel vous avez souvent pensé (pensez aussi à son corrigé) :

http://www.caute.lautre.net/Penser-c-est-dire-non,

- vous pouvez aussi vous inspirer des références suivantes :

- Descartes, la Première méditation métaphysique (le doute comme méthode de recherche de la vérité), et le début de la deuxième méditation (la sortie du doute par la découverte de la première idée absolument indubitable)

- Kant, le début de "Qu’est-ce que les lumières ? ", ainsi que le texte de M. Foucault

Répondre à cet article

2 Messages

  • Miette 3 - Peut-on douter de tout ?

    il y a 1 semaine, par jld

    Vous pouvez compléter cette réflexion en allant écouter cette émission sur le doute et la certitude chez Nietzsche :
    https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/quatre-malentendus-nietzscheens-14-ce-nest-pas-le-doute-cest-la-certitude-qui-rend-fou

    Répondre à ce message

  • Miette 3 - Peut-on douter de tout ?

    hier, par Mailyss

    Tout d’abord je tiens à préciser qu’il s’agit du sujet de dissertation que j’ai choisi au bac blanc et par conséquent je comprends ma note puisque il s’agissait d’un sujet que nous n’avions par encore traité.

    pour l’analyse :
    Intro :

    Douter, c’est remettre en cause, hésiter.
    En nous demandant si l’on peut douter de tout, nous faisons porter notre réflexion sur un doute.
    Nous devons donc nous interroger sur la possibilité et sur la validité d’une remise en question de l’ensemble de nos certitudes.

    Plan :
    Quand on analyse les termes on remarque "peut-on", qui en effet exprime la capacité de ... douter dans ce cas on pourrait faire une partie sur la possibilité, la capacité et sur le fait est-il permit de douter ?
    Dans laquelle on pourrait introduire une partie sur le philosophe Pyrrhon, qui était un philosophe très septique.

    Dans un deuxième temps on remarque le mot "tout" un mot très vaste mais qui représente beaucoup. On peu sûrement douter de tous mais n’y a-t-il pas une chose à laquelle on peut éviter de douter ?
    Dans ce cas on peut faire une deuxième partie sur : Peut-on douter de tout ou est-il possible qu’il y est quelque chose qui puisse résister au doute ?
    Ici nous pouvons parler du doute cartésien et l’ouvre Méditations Métaphysiques

    Répondre à ce message