Vous êtes ici : Accueil > La Boite à Outils Philosophique > Ephéméride de Caute@Lautre.net
Par : jld
Publié : 8 juillet 2004

Ephéméride de Caute@Lautre.net

Le Mardi 15 septembre 2009 :
« Dans une société de pures intelligences on ne pleurerait probablement plus, mais on rirait peut-être encore ; tandis que des âmes invariablement sensibles, accordées à l’unisson de la vie, où tout événement se prolongerait en résonance sentimentale, ne connaîtraient ni ne comprendraient le rire. » (Henri Bergson, Le rire, PUF, Quadrige, pp.3-4)


Le Lundi 7 septembre 2009 :
- N’y a-t-il pas entre l’art et la littérature une ligne frontière que les artistes ne doivent point franchir ?
- Je vous avoue, répondit Rodin, qu’en ce qui me concerne, je supporte malaisément les défenses de passer.
(Auguste Rodin, L’Art. Entretiens réunis par Paul Gsell, Grasset, 1911.)


Le lundi 29 juin 2009 :
« Réserver son jugement implique un espoir infini. » (F. S. Fitzgerald, Gatsby le magnifique, I)


le Dimanche 28 décembre 2008 :
« les raisons du philosophe et du savant sont taillées dans le même tissu commun du langage et de la pensée que les inventions des écrivains et que ces récits prolétaires. » (J. Rancière, Préface à la traduction en Hindi de "La nuit des prolétaires. Archives du rêve ouvrier")


le Dimanche 2 mars 2008 :
« Qui se propose d’aider à être le meilleur, l’égal ou leur conjonction doit d’abord en imiter les figures. » (Jacques Rancière, Le philosophe et ses pauves, Flammarion, Champs, 2007, p.307).


Le Vendredi 2 décembre 2005 :
« L’homme ne peut apparaître sur terre qu’à l’intérieur d’un troupeau. »


Le Mercredi 5 octobre 2005 :
« la vie, elle, regarde en avant » (Bergson, L’énergie spirituelle, « L’âme et le corps »).


Le Lundi 21 Février 2005 :

« Ce qui est le produit de la forme de la pensée libre et non de l’autorité est du ressort de la philosophie. La philosophie s’en tient à ce principe - forme de la pensée, reproduction de la pensée - à la différence de la religion ou par opposition à elle. » (Hegel, Leçons sur l’histoire de la philosophie,t.1, p.221).


Le Samedi 12 Février 2005 :

« Le "monde intérieur" est plein de mirages et de feux follets. » (Niestzsche, Le Crépuscule des idoles, "Les quatre grandes erreurs", §3).


Le Mardi 11 Janvier 2005 :

« Suprême scepticisme. - Quelles sont donc, en dernière analyse, les
vérités de l’homme ? Ce sont ses erreurs irréfutables. » (Nietzsche, Le gai savoir, §265)


Le Jeudi 6 Janvier 2005 :

« Que dit ta conscience ? - "Tu dois devenir l’homme que tu es." » (Nietzsche, Le gai savoir, §270).


Le Jeudi 30 Décembre 2004 :

« Il n’est de joie véritable que si elle est en même temps contrariée. » (Clément Rosset, La force majeure, Minuit, 1997, p.25)


Le vendredi 17 Décembre 2004 :

« Si la philosophie a eu lieu - ce qu’on peut toujours contester - c’est seulement dans la mesure où elle a formé le dessein de penser au-delà de l’abri fini. » (Jacque Derrida, L’écriture et la différence, Seuil (1967), coll. Points, p. 90 note 1).


Le Vendredi 10 Décembre 2004 :

« Comme la vraie vie, le maître est peut-être toujours absent. » (Jacques Derrida, L’écriture et la différence, Seuil (1967), coll. Points, p.52).


Le Dimanche 5 Décembre 2004 :

« Nous sommes une liberté qui choisit, mais nous ne choisissons pas d’être libres : nous sommes condamnés à la liberté ». (Sartre, L’être et le néant, Gallimard, coll. TEL, P. 541)


Le Mardi 30 Novembre 2004 :

« Assurément, il existe des possibilités pour moi, mais sous quelle pierre sont-elles cachées ? » (F. Kafka, Journal, 12 janvier 1914, B. Grasset, Libre de Poche, 1984).


Le Dimanche 28 Novembre 2004 :

« La pensée commence avant les hommes. » ( Claude Lévi-Strauss in Esprit, n° 11, 1963.)


Le Vendredi 19 Novembre 2004 :

« Moins on se connaît, mieux on se porte. » (Clément Rosset, Loin de moi, Minuit, 1999, p.86)


Le Samedi 13 Novembre 2004 :

« ils croient combattre pour leur salut en combattant pour leur esclavage » (Spinoza, Préface du Traité théologico-politique).


Le Mercredi 13 Octobre 2004 :

« Nous ne pouvons nous empêcher d’envier cette plénitude de la nature, des moissons qui poussent, des saisons qui se succèdent selon leur loi perpétuelle. En regard de cet "ordre", l’homme est celui qui n’est jamais achevé, et comme un défaut dans la paix du monde ». (Merleau-Ponty, "La querelle de l’existentialisme", in Sens et Non-sens, Nagel, 1961, p.127).


Le Dimanche 10 octobre 2004 :

« La mort naturelle de l’Esprit d’un peuple peut se manifester par la nullité politique. C’est ce que nous appelons l’habitude. L’horloge est remontée et marche d’elle-même. L’habitude est une activité qui ne rencontre pas d’opposition - une activité qui se déploie dans une durée formelle et où la plénitude et la profondeur du but ne sont plus senties. » (Hegel, La raison dans l’histoire, 10/18,1979, pp.90-91)


Le Jeudi 30 Septembre 2004 :

« Je voudrais bien savoir s’il y a dans l’Esprit deux genres de décrets, les Oniriques, et les Libres ? » (Spinoza, Éthique, Troisième partie, Proposition 2, Scolie)


Le Vendredi 24 Septembre 2004 :

« Que dit ta conscience ? - "Tu dois devenir l’homme que tu es." » (Nietzsche, Le gai savoir, §270)


Le Dimanche 5 septembre 2004 :

« On n’explique rien par l’homme, puisqu’il n’est pas une force, mais une faiblesse au cœur de l’être, un facteur cosmologique, mais le lieu où tous les facteurs cosmologiques, par une mutation qui n’est jamais finie, changent de sens et deviennent histoire. » (M. Merleau-Ponty, Éloge de la philosophie, p. 52)


Le Vendredi 16 Juillet 2004 :

« La société est l’achèvement de l’unité essentielle de l’homme avec la nature, la vraie résurrection de la nature, le naturalisme accompli de l’homme et l’humanisme accompli de la nature » (Marx, Manuscrits de 1844, éd. sociale, p. 89).


Le Vendredi 9 juillet 2004 :

« Je ne connais pas d’autre manière d’être occupé à une grande tâche que le jeu : comme signe de grandeur c’est une condition fondamentale » (Nietzsche, Ecce homo, « Pourquoi je suis si avisé », 10, folio, p.128).


Le Dimanche 27 juin 2004 :

« Oui, la bêtise consiste à vouloir conclure. Nous sommes un fil et nous voulons savoir la trame. » (Flaubert a 28 ans lorsqu’il se confie à son ami Louis Bouilhet).


Le Mercredi 16 juin 2004 :
« Concrètement prise, la liberté est toujours une rencontre de l’extérieur et de l’intérieur. » (Merleau-Ponty, , Phénoménologie de la perception, Galimard, TEL, p. 518)


Le Lundi 7 juin 2004 :

« L’art est moral dans la mesure où il éveille. » (Thomas Mann, La montagne magique, t.1, p.173)


Le Mercredi 2 juin 2004 :

« Dans l’exercice de cet art (de vivre), l’homme est à la fois artiste et objet ; il est le sculpteur et il est le marbre, il est le médecin et le malade. » (E. Fromm, Un homme pour lui-même, Ed. Sociales Françaises, 1967, p.22)


Le Vendredi 21 mai 2004 :

« Ce ne sont pas les idées qui mènent le monde. Mais c’est parce que le monde a des idées (et parce qu’il en produit continuellement) qu’il n’est pas mené passivement par ceux qui le dirigent ou ceux qui voudraient lui enseigner ce qu’il faut penser une fois pour toutes. »(Michel Foucault, « A quoi rêvent les Iraniens », Le nouvel Observateur, 16/10/1978)


Le Mardi 18 mai 2004 :

« La constitution de notre nature est telle, que notre esprit a besoin de beaucoup de relâche, afin qu’il puisse employer utilement quelques moments en la recherche de la vérité, et qu’il s’assoupirait, au lieu de se polir, s’il s’appliquait trop à l’étude. » (R. Descartes, Lettre à Elizabeth, 6 octobre 1645)


Le Jeudi 13 mai 2004 :

« Le rire est le saut du possible dans l’impossible - et de l’impossible dans le possible. Mais ce n’est qu’un saut. » (G. Bataille, Le coupable, O.C. V p.346)


le lundi 3 mai 2004 :

« Compagnons pathétiques qui murmurez à peine, allez la lampe éteinte et rendez les bijoux. Un mystère nouveau chante dans vos os. Développez votre étrangeté légitime. » ( R. Char, "Partage formel", in Fureur et mystère)


le mardi 27 avril 2004 :

« Il est certain que l’égalité, dont la perte entraîne nécessairement la perte de la liberté, ne peut être nullement conservée sitôt qu’on décerne, par un décret publique, des distinctions honorifiques particulières à un homme qui se distingue par son mérite. »
(Spinoza, Traité politique, chap. 10, art. 8)