Traité politique, VIII, §14

  • 8 mai 2005


Les patriciens sont choisis dans certaines familles dans des lieux déterminés [1]. Mais il est pernicieux de régler cela par une loi expresse. Outre en effet que les familles s’éteignent souvent et que les autres ne peuvent, sans offense, être exclues, il faut ajouter qu’il est contraire à cette forme d’État que la dignité patricienne soit héréditaire (par le § 1 de ce chapitre). Mais l’État de cette façon paraît se rapprocher beaucoup d’une démocratie comme celle que nous avons décrite au § 12 de ce chapitre où un très petit nombre d’hommes tiennent les citoyens sous leur domination. Empêcher d’autre part que les patriciens ne choisissent leurs fils et leurs consanguins et que certaines familles, en conséquence, ne conservent le droit au commandement, cela est impossible et même absurde, ainsi que je le montrerai au § 39 de ce chapitre. Mais il ne faut pas que ce soit en vertu d’un droit exprès et que les autres (pourvu qu’ils soient nés dans l’État, qu’ils parlent la langue nationale, ne soient pas mariés à une étrangère, ne soient pas notés d’infamie, ne soient ni esclaves, ni adonnés à quelque métier servile parmi lesquels celui de marchand de vin ou de bière doit être rangé) soient exclus ; l’État conserve néanmoins sa forme et le rapport qui doit exister entre les patriciens et la masse du peuple subsistera.


Traduction Saisset :

Les patriciens sont choisis parmi certaines familles seulement et dans certains lieux. Mais établir qu’il en sera ainsi par une loi expresse, ce serait dangereux ; car outre que souvent les familles viennent à s’éteindre et qu’il y a une sorte d’ignominie pour les familles exclues, ajoutez qu’il répugne à la forme du gouvernement dont nous parlons que la dignité patricienne y soit héréditaire (par l’article 1 du présent chapitre). Mais par cette raison, ce gouvernement semble être plutôt une démocratie, telle que celle que nous avons décrite à l’article 12 du présent chapitre, je veux dire un État où le pouvoir est entre les mains d’un très-petit nombre de citoyens. D’un autre côté, vouloir empêcher les patriciens d’élire leurs fils et leurs parents, de sorte que le pouvoir ne se perpétue pas dans quelques familles, c’est une chose impossible et même absurde, comme je le ferai voir plus haut à l’article 39. Pourvu donc que les patriciens n’obtiennent pas ce privilège par une loi expresse, et que les autres citoyens ne soient pas exclus (je parle de ceux qui sont nés dans l’empire, qui en parlent la langue, qui n’ont pas épousé des étrangères, qui ne sont pas infâmes, qui enfin ne vivent pas du métier de domestiques ou de quelque autre office servile, et je compte les marchands de vin et de bière dans cette dernière catégorie), l’État gardera sa forme, et le rapport entre les patriciens et la multitude pourra toujours être conservé.


Patricii ex quibusdam tantummodo familiis aliquibus in locis eliguntur. Sed hoc expresso iure statuere perniciosum est. Nam praeterquam quod familiae saepe extinguuntur, et quod nunquam reliquae absque ignominia excluduntur, accedit, quod huius imperii formae repugnat, ut patricia dignitas hereditaria sit (per art. 1. huius cap.). Sed imperium hac ratione democraticum potius videtur, quale in art. 12. huius cap. descripsimus, quod scilicet paucissimi tenent cives. Attamen contra cavere, ne patricii filios suos et consanguineos eligant, et consequenter ne imperandi ius in quibusdam familiis maneat, impossibile est, imo absurdum, ut art. 39. huius cap. ostendam. Verum, modo id nullo expresso iure obtineant, nec reliqui (qui scilicet in imperio nati sunt, et patrio sermone utuntur, nec uxorem peregrinam habent, nec infames sunt, nec serviunt, nec denique servili aliquo officio vitam sustentant, inter quos etiam oenopolae et cerevisiarii numerandi sunt) excludantur, retinebitur nihilominus imperii forma, et ratio inter patricios et multitudinem servari semper poterit.


[1trad. obscure. Ramond : « Dans certains endroits, on choisit les patriciens dans quelques familles seulement. »

Dans la même rubrique

Traité politique, VIII, §01

Nous avons traité jusqu’ici de l’État monarchique. Nous allons dire maintenant comment doit être institué un État aristocratique pour pouvoir se (…)

Traité politique, VIII, §02

Supposons donc que, dans un État de grandeur médiocre, il y ait cent hommes supérieurs aux autres auxquels tout le pouvoir est remis et auxquels (…)

Traité politique, VIII, §03

Il est habituel que les patriciens soient tous de la même ville qui est la capitale de l’État et donne ainsi son nom à la Cité ou à la République (…)

Traité politique, VIII, §04

Puisque cependant ce pouvoir détenu par une aristocratie ne fait jamais retour (ainsi que je viens de le montrer) à la masse du peuple, et qu’il (…)

Traité politique, VIII, §05

Il apparaît ainsi que la condition de cet État aristocratique sera la meilleure, s’il a des institutions telles qu’il se rapproche le plus d’un (…)

Traité politique, VIII, §06

Qu’un pouvoir absolu soit remis à l’Assemblée, cela n’entraîne pas que la plèbe ait à redouter de devenir esclave. Car la volonté d’une assemblée (…)

Traité politique, VIII, §07

Dans la détermination donc des principes fondamentaux d’un État aristocratique, il faut observer en premier lieu qu’ils reposent sur la seule (…)

Traité politique, VIII, §08

Qu’une ville ou plusieurs villes doivent en premier lieu être fondées et fortifiées, nul ne peut en douter. Mais celle-là surtout doit être (…)

Traité politique, VIII, §09

Pour ce qui est de la force armée, puisque dans l’État aristocratique l’égalité doit être établie non plus entre tous, mais seulement entre les (…)

Traité politique, VIII, §10

Pour cette raison aussi que tous, à l’exception des patriciens, sont des étrangers, il est impossible sans péril pour tout l’État, que les champs, (…)

Traité politique, VIII, §11

Après ces considérations je passe aux principes sur lesquels l’Assemblée suprême doit solidement reposer. Nous avons vu au § 2 de ce chapitre que, (…)

Traité politique, VIII, §12

Pour ce qui est du premier point, la difficulté la plus grande naît de l’envie. Les hommes, nous l’avons dit, sont par nature ennemis, et, en (…)

Traité politique, VIII, §13

La première loi de pareil État doit être celle qui établit un rapport entre le nombre des patriciens et la masse du peuple. Ce rapport en effet (…)

Traité politique, VIII, §15

S’il est en outre fixé par une loi que des hommes très jeunes ne peuvent être choisis, il n’arrivera jamais qu’un petit nombre de familles aient à (…)

Traité politique, VIII, §16

Il faut arrêter en troisième lieu que tous les patriciens doivent se rassembler à certaines dates dans un lieu déterminé de la ville, et que les (…)

Traité politique, VIII, §17

L’office de cette Assemblée est de faire et d’abroger des lois, d’appeler dans le patriciat de nouveaux collègues, et de choisir tous les (…)

Traité politique, VIII, §18

La coutume suivie par certains peuples place à la tête du corps des patriciens un président ou un chef, soit à vie comme à Venise, soit à temps (…)

Traité politique, VIII, §19

Comme le pouvoir souverain appartient à l’assemblée des patriciens prise dans sa totalité, mais non à chacun de ses membres (sans quoi ce serait (…)

Traité politique, VIII, §20

S’il existe un président ou un chef pouvant apporter son suffrage dans le conseil, il y aura nécessairement une grande inégalité, en raison de la (…)

Traité politique, VIII, §21

Ces syndics doivent être élus à vie. Car s’ils l’étaient à temps, de façon à pouvoir être appelés par la suite à d’autres fonctions de l’État, on (…)

Traité politique, VIII, §22

Nous déterminerons sans peine le nombre de ces syndics si nous observons qu’ils doivent soutenir avec les patriciens le même rapport que les (…)

Traité politique, VIII, §23

Pour que le conseil des syndics puisse s’acquitter sûrement de son office, il faut mettre à sa disposition une partie de la force armée qui (…)

Traité politique, VIII, §24

Il faut donner aux syndics et à tout fonctionnaire de l’État non un traitement fixe, mais une rémunération calculée de telle sorte qu’ils ne (…)

Traité politique, VIII, §25

La rétribution à donner aux syndics dont l’office, nous l’avons vu, est de veiller à ce que les lois demeurent inviolées, doit être calculée de la (…)

Traité politique, VIII, §26

Le droit de convoquer l’Assemblée suprême et de décider quelles affaires lui seront soumises appartient aux syndics, à qui la première place est (…)

Traité politique, VIII, §27

Afin que, dans les décisions à prendre et dans le choix des fonctionnaires de l’État, tous les patriciens aient un pouvoir égal, et pour que les (…)

Traité politique, VIII, §28

Il faut dans le conseil des syndics et dans les autres, observer les mêmes règles, c’est-à-dire voter au moyen de boules. Mais le droit de (…)

Traité politique, VIII, §29

Nous appellerons Sénat un deuxième conseil également subordonné à l’Assemblée suprême, et dont l’office est de conduire les affaires publiques, (…)

Traité politique, VIII, §30

Pour fixer le nombre des sénateurs, voici quelles sont les considérations qui interviennent : d’abord que tous les patriciens aient un espoir égal (…)

Traité politique, VIII, §31

La rémunération des sénateurs doit être telle qu’ils aient avantage à la paix plutôt qu’à la guerre, c’est pourquoi la centième ou la cinquantième (…)

Traité politique, VIII, §32

Quelques-uns des syndics désignés par l’Assemblée suprême doivent siéger au Sénat mais sans prendre part aux votes ; leur rôle est de veiller à ce (…)

Traité politique, VIII, §33

Le Sénat entier ne doit pas se réunir tous les jours, mais comme tous les Conseils, à date fixe. Comme cependant il faut que les affaires (…)

Traité politique, VIII, §34

Les sénateurs élus pour un an comme je l’ai dit plus haut, seront divisés en quatre ou six séries ; la première aura la préséance pendant les deux (…)

Traité politique, VIII, §35

Je ne puis déterminer avec précision le nombre de ces élus. Ce qui est certain c’est qu’ils doivent être assez nombreux pour ne pas être (…)

Traité politique, VIII, §36

L’office de ces Consuls, nous l’avons dit, est de convoquer le Sénat quand quelques-uns d’entre eux, même en petit nombre, le jugent utile, et de (…)

Traité politique, VIII, §37

Pour ce qui est du tribunal ou de la cour de justice, on ne peut s’en tenir aux principes que nous avons exposés comme convenant dans une (…)

Traité politique, VIII, §38

Touchant le nombre des juges, rien de particulier : comme dans un État monarchique il faut avant tout que les juges soient trop nombreux pour (…)

Traité politique, VIII, §39

En tout État la durée du mandat qui est confiée aux juges est la même, et il faut aussi que, chaque année, une partie d’entre eux se retire ; (…)

Traité politique, VIII, §40

Les juges doivent être nommés par l’Assemblée suprême parmi les patriciens, c’est-à-dire parmi les auteurs des lois (§ 17 de ce chapitre), et les (…)

Traité politique, VIII, §41

Les émoluments des juges doivent être tels que nous l’avons vu au § 29 du chapitre VI, c’est-à-dire qu’en matière civile ils recevront de la (…)

Traité politique, VIII, §42

Les gouverneurs envoyés dans les villes ou les provinces doivent être choisis dans la classe sénatoriale, parce que c’est l’office des sénateurs (…)

Traité politique, VIII, §43

Les juges dans chaque ville devront être nommés parmi les patriciens de l’endroit. Mais il est inutile de parler d’eux plus longuement parce que (…)

Traité politique, VIII, §44

Les secrétaires des conseils et leurs autres serviteurs n’ayant pas le droit de suffrage seront choisis dans la plèbe. Mais comme ils ont une (…)

Traité politique, VIII, §45

Les employés des finances seront choisis dans la plèbe et auront des comptes à rendre non seulement au Sénat, mais aux syndics.
Traduction (…)

Traité politique, VIII, §46

Pour ce qui touche la religion, nous en avons traité assez copieusement dans le Traité Théologico-Politique. Nous avons cependant omis de (…)

Traité politique, VIII, §47

Tels sont les principes de l’État aristocratique, auxquels j’ajouterai un petit nombre de dispositions moins fondamentales, mais importantes : il (…)

Traité politique, VIII, §48

Ceux que la loi oblige à prêter serment, se garderont bien plus du parjure si le serment qui leur est imposé se fait sur le salut de la Patrie et (…)

Traité politique, VIII, §49

Les universités fondées aux frais de l’État sont instituées moins pour cultiver l’esprit que pour le contraindre. Dans une libre république au (…)