Publié : 15 mai 2004

EIII - Proposition 41 - scolie


S’il croit avoir donné une juste cause d’Amour, il se glorifiera (Prop. 30 avec le Scolie), ce qui (Prop. 25) est le cas le plus fréquent ; c’est le contraire, nous l’avons dit, quand quelqu’un imagine qu’un autre l’a en haine (Scolie de la Prop. préc.). Cet Amour réciproque maintenant, et conséquemment l’effort pour faire du bien à qui nous aime et s’efforce (même Prop. 39) de nous en faire, s’appelle Reconnaissance ou Gratitude ; il apparaît donc que les hommes sont beaucoup plus disposés à la Vengeance qu’à rendre des bienfaits. [*]


Quod si se justam amoris causam præbuisse crediderit, gloriabitur (per propositionem 30 hujus cum ejusdem scholio) quod quidem (per propositionem 25 hujus) frequentius contingit et cujus contrarium evenire diximus quando aliquis ab aliquo se odio haberi imaginatur (vide scholium propositionis præcedentis). Porro hic reciprocus amor et consequenter (per propositionem 39 hujus) conatus benefaciendi ei qui nos amat quique (per eandem propositionem 39 hujus) nobis benefacere conatur, gratia seu gratitudo vocatur atque adeo apparet homines longe paratiores esse ad vindictam quam ad referendum beneficium.

Notes

[*(Saisset :) Que si celui dont nous parlons croit avoir donné à la personne qui l’aime un juste sujet d’amour, il se glorifiera (par la Propos. 30 et son Scol.) ; et c’est là ce qui arrive le plus fréquemment (par la Propos. 25), le cas contraire étant celui où l’on se croit l’objet de la haine d’autrui (voy. le Scol. de la précédente Propos.). Or, cet amour réciproque et l’effort qui en est la suite (par la Propos. 39) pour faire du bien qui nous aime et veut ainsi nous faire du bien se nomme reconnaissance ou gratitude ; d’où l’on voit que les hommes sont beaucoup plus disposés à se venger d’autrui qu’à lui faire du bien.