Vous êtes ici : Accueil > Les auteurs et les textes > Freud > L’individu > Justification de l’hypothèse de l’Inconscient
Publié : 12 novembre 2005

Justification de l’hypothèse de l’Inconscient

L’hypothèse de l’inconscient est nécessaire, « parce que les données de la conscience sont extrêmement lacunaires ; aussi bien chez l’homme sain que chez le malade, il se produit fréquemment des actes psychiques qui, pour être expliqués, présupposent d’autres actes qui, eux, ne bénéficient pas du témoignage de la conscience. Ces actes ne sont pas seulement les actes manqués et les rêves, chez l’homme sain, et tout ce qu’on appelle symptômes psychiques et phénomènes compulsionnels chez le malade ; notre expérience quotidienne la plus personnelle nous met en présence d’idées qui nous viennent sans que nous en connaissions l’origine, et de résultats de pensées dont l’élaboration nous est demeurée cachée. Tous ces actes conscients demeurent incohérent et incompréhensibles si nous nous obstinons à prétendre qu’il faut bien percevoir par la conscience tout ce qui se passe en nous en fait d’actes psychiques ; mais ils s’ordonnent dans un ensemble dont on peut montrer la cohérence, si nous interpolons les actes inconscients inférés. Or, nous trouvons dans ce gain de sens et de cohérence une raison, pleinement justifiée, d’aller au-delà de l’expérience immédiate.

Post-scriptum

S. Freud, Métapsychologie, Gallimard, Idées,pp.66-67.